Articles Assemblages Newsletter Réalisations

Un tabouret assemblé par enfourchement

© L’Atelier Bois / GMC Publications Ltd. / John Bullar

Voici comment mettre facilement en pratique la technique d’assemblage à enfourchement.

 

Par John Bullar

 

Ce projet de tabouret au style assez rustique en chêne (Quercus robur) utilise un système d’assemblage à enfourchement, ainsi qu’une assise assemblée à plat-joint.
Bien que ce tabouret soit assez simple, son design peut être adapté à nombre de projets. Par exemple, en modifiant les dimensions, il est possible de le transformer en table basse en le rabaissant et en l’allongeant, ou en console en l’étirant vers le haut.
Avant de mettre votre bois en œuvre, même s’il vous a été vendu comme un bois sec, vous devrez le stocker dans des conditions équivalentes de température et d’humidité à celles qu’il rencontrera en utilisation quotidienne. Ainsi, si vous prévoyez de placer votre tabouret à proximité d’une source de chaleur comme un radiateur, stockez votre bois à côté d’un radiateur. De cette façon, les mouvements du bois vont s’opérer avant que vous ne fassiez la mise à la dimension des éléments et, ainsi, le tabouret n’aura pas tendance à se disjoindre après coup.
Le chêne est une essence qui se prête parfaitement à la réalisation d’assemblages simples comme ceux-ci, car, en plus d’être résistant, le bois se travaille facilement dans le sens du fil. Le châtaignier (Castanea sativa) ou le frêne (Fraxinus excelsior) ont tendance à offrir le même genre de comportement. Faites bien attention à la provenance de votre chêne, car, si les chênes importés – plus facilement disponibles en matériaux prêts à l’usage – peuvent offrir un fil plus droit que des essences locales et donc une plus grande résistance, le motif du fil peut aussi être bien moins joli.

 

(…)

 

Découpe des assemblages

Avec les lignes de repère aux mêmes emplacements pour les tenons et les mortaises de l’assemblage, le trait de coupe de votre scie devra toujours se trouver du côté de la partie qui est à enlever. Pour les joues de la mortaise, cela veut dire que le trait de coupe se trouve sur l’intérieur de la ligne, tandis que pour les joues du tenon c’est vers l’extérieur de la ligne.
Plutôt qu’un ciseau à bords biseautés, prenez un ciseau à bords droits pour tailler la base de vos découpes de façon à ce que les angles ne soient pas abîmés par le ciseau et que les côtés du ciseau puissent reposer contre les bords.
Les logements sont taillés au ciseau en formant une succession de petites entailles en « V », et en laissant environ 1 mm de matière avant la ligne de repère. Cela permet de laisser de la matière pour une dernière coupe de dressage bien propre.
Les assemblages classiques à enfourchement fonctionnent de la même façon pour les rainures, mais avec les tenons taillés dans la continuité de l’axe des pieds au niveau de la zone de réduction de la section. Faites vos découpes à la scie à dos au niveau des repères, de façon à ce que le trait de scie soit juste à niveau avec le repère de chaque côté.
Bloquez votre pièce correctement dans une presse et taillez contre le fil les zones à dégager avec un ciseau large. Une fois que vous approchez de la ligne de repère, faites des coupes de plus en plus fines pour finalement dresser la rainure à la moitié de sa largeur. Retournez la pièce de bois et dressez l’autre côté de la rainure. Vous pouvez maintenant retourner la pièce et tailler la rainure opposée. (…)

© L’Atelier Bois / GMC Publications Ltd. / John Bullar

© L’Atelier Bois / GMC Publications Ltd. / John Bullar

 


Retrouvez l’intégralité de cet article dans le n° 200 de L’Atelier Bois >

À propos de l'auteur

mm

L'Atelier Bois

Laisser un commentaire