Articles Réalisations

Réalisation – Un atelier d’appoint — 2e partie

Il est maintenant temps de passer à la finition de votre atelier d’appoint.

Par Simon Rodway

Dans le numéro précédent, nous avons détaillé le montage des faces avant et arrière ainsi que des panneaux latéraux de cet atelier ou abri d’appoint. Il est maintenant temps de finir ce projet et de passer au montage des panneaux de parement, des portes, de la trappe arrière, et de réaliser l’isolation.

La première étape nécessite de poser les pannes, deux sur chacune des pentes, en les fixant entre les arbalétriers de façon à limiter la longueur de portée des panneaux de polycarbonate alvéolé. Ici aussi, j’ai utilisé un simple assemblage à plat-joint, en vissant simplement à travers les arbalétriers dans les extrémités des pannes. Il n’y a presque pas de charge sur les pannes et elles sont simplement présentes pour empêcher le cintrage des panneaux alvéolaires. En même temps, profitez-en pour ajouter quelques tasseaux au niveau des jonctions entre la panne faîtière et les arbalétriers puis, une fois que vous avez terminé la pose de tous les panneaux de parement, vissez des cales triangulaires sur ces tasseaux pour empêcher le balancement d’avant en arrière de la structure.

Portes et trappe arrière

Vous devez maintenant déterminer la hauteur des portes ainsi que de la trappe arrière, que j’ai décidé d’ajouter de façon à pouvoir usiner des pièces de bois longues en partant du fond vers l’avant. Sur la partie haute des deux ouvertures, il faut positionner les traverses de telle façon qu’elles permettent de faire reposer les portes et la trappe arrière avec un recouvrement de 20 mm – ce qui permet de créer une butée de fermeture. Vous pouvez faire de même avec la traverse inférieure de la trappe arrière, mais cela semble un peu plus compliqué de le faire avec les portes de la face avant. Je dois admettre que j’ai un peu triché et que j’ai inclus un morceau de cadre sur la partie basse pour l’ouverture de la porte, ce qui permet de faire reposer les portes contre un support pour les fermer, mais rien ne vous empêche de trouver une meilleure solution.

Une fois que les cadres des ouvertures avant et arrière sont mis en place, vous n’avez plus qu’à ajouter quelques morceaux de panneaux à la verticale pour reprendre le positionnement de l’ensemble des cadres avant de passer à la découpe et à la pose par vissage des panneaux de parement. En vous reportant aux dimensions, vous pourrez voir que j’ai essayé de limiter les découpes et les chutes au maximum pour l’utilisation de chaque panneau de contreplaqué. Pour moi, un des aspects les plus amusants de ce projet est de voir comment je peux rentabiliser chaque centimètre carré de chaque morceau et de chaque chute, autant que possible.

La construction des portes et du système de trappe arrière est faite à partir de panneaux de contreplaqué en 12 mm, ainsi que de tasseaux de 50 mm de section qui sont assemblés à mi-bois, pour la partie des cadres. Les cadres sont ensuite vissés sur les parties arrière des panneaux de contreplaqué. Toutefois, bien que cette technique fonctionne plutôt bien, surtout pour la partie de la trappe arrière, je pense que j’envisagerais les choses différemment si je devais refaire ce projet, en ajoutant un cadre pour protéger les arêtes des panneaux de contreplaqué et apporter une meilleure rigidité à l’ensemble. Une autre alternative peut être de recycler une porte et ainsi donner un peu plus de caractère à votre abri. En revanche, cela veut dire que vous augmentez les charges et les contraintes et que vous aurez donc besoin de renforcer votre structure, notamment de chaque côté des ouvertures.

Les contreplaqués pour l’extérieur

Il existe différents niveaux d’utilisation pour les contreplaqués en fonction des éléments qui les constituent. Le contreplaqué extérieur CTBX est fabriqué avec un collage hydrofuge qui lui permet d’être exposé en milieu extérieur – contreventement, support de couverture, planches de rives, bardage… (norme de référence : NF EN 636-3) – ou en milieu humide – salle de bains, plancher… (norme de référence : NF EN 636-2).

Si le prix n’est pas un frein à votre projet, vous pouvez aussi vous tourner vers du contreplaqué de type « marine ».

Renfort de toiture

Les pièces suivantes à installer sont les renforts pour le toit sur la partie avant et arrière, qui vont vous permettre d’accrocher les panneaux du toit en surplomb. Elles sont simplement représentées par une pièce de chaque côté sur le plan, mais vous déciderez peut-être d’améliorer l’ensemble en ajoutant d’autres éléments de renfort entre le support et le panneau. Cela peut permettre d’augmenter le surplomb jusqu’à 100 mm, sachant que tout ce qui améliore la couverture et la protection de la toiture est un bonus.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 207 de l’Atelier Bois
Disponible sur Kiosque21.com

À propos de l'auteur

Rochella Djaboulou

Laisser un commentaire